Jean Héring, Phénoménologie et philosophie religieuse

Publication de : Jean Héring, Phénoménologie et philosophie religieuse, Strasbourg, PUS, 2024 (sous la direction de Claudia Serban et Sylvain Camilleri).

Issu d’une thèse soutenue à Strasbourg en 1925, Phénoménologie et philosophie religieuse de Jean Héring fut la première monographie décrivant en français le « mouvement phénoménologique » qui était en train de révolutionner la pensée allemande. Cet ouvrage permit aussi, à la théologie protestante, de renouveler son concept de « philosophie religieuse », au-delà du bergsonisme ou du néokantisme. D’une importance considérable pour le développement de la phénoménologie en France, cet ouvrage est ici réédité, annoté et accompagné de textes inédits et d’études substantielles.

Colloque Hommage à Renaud Barbaras 6 et 7 juin 2024 Centre Panthéon (entrée sur inscription)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8103 ISJPS
PhiCo-EXeCO
Institut Universitaire de France

Colloque
« Hommage à Renaud Barbaras
Une vie en phénoménologie »

organisé par Jocelyn Benoist et Alexandre Feron

L’enseignement de Renaud Barbaras a profondément marqué des générations d’étudiants à l’université Paris 1, d’une façon qui a contribué à former le paysage philosophique français que nous connaissons. C’est qu’en effet, dans ces cours, ils ont eu la chance unique de rencontrer une œuvre se faisant, dont le mouvement constamment emporte la pensée. C’est sur ce chemin de pensée que nous voudrions faire retour dans cet hommage, qui se présentera essentiellement sous la forme d’une discussion entre Renaud Barbaras, qui nous fera l’amitié de sa présence, quelques collègues, anciens élèves et compagnons de route, et bien sûr le public.

6 et 7 juin 2024
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre Panthéon, 12 place du Panthéon, 75005 – Paris,  Amphithéâtre III

Jeudi 6 juin

10h Jocelyn Benoist (Paris 1, ISJPS PhiCo EXeCO) :
Après le naturalisme

11h Karel Novotny (Académie des sciences de la République Tchèque, Institut de philosophie) :
Mouvement de la manifestation

14h30 Michel Bitbol (Archives Husserl) :
Sur une épistémologie d’inspiration cosmo-phénoménologique : la physique contemporaine et l’appartenance au monde

15h30 Florence Burgat (Archives Husserl) :
Exister sur le mode de l’exode. Phénoménologie de la vie animale chez Renaud Barbaras

16h30 Alexandre Feron (Paris 1, ISJPS PhiCo EXeCO) :
Le sartrien malgré lui ?

Vendredi 7 juin

10h Ovidiu Stanciu (Universidad Diego Portales, Santiago) :
Renaud Barbaras et le concept phénoménologique de monde: de l’archi-présence à la surpuissance

11h Mariana Larison (CONICET, Buenos Aires) :
La phénoménologie de Renaud Barbaras : le primat de l’ “où” ?

14h30 Luis Umbelino (Université de Coimbra) :
Exil poétique. R. Barbaras lecteur de Fernando Pessoa

15h30 Luz Ascarate (Montpellier 3 / Paris 1, ISJPS PhiCo EXeCO) :
“Poétiquement toujours, sur terre habite l’homme”

16h30 Marcia Cavalcante (Södertörns högskola, Stockholm) :
La poétique (exilée) du sensible


INSCRIPTION préalable nécessaire pour avoir accès au centre Panthéon les jours du colloque : cliquez sur ce lien pour éditer le formulaire requis

Biennale 2025 “La vie” : appel à communication

2e Biennale de la Société Francophone de Phénoménologie

17, 18, 19 mars 2025, Université Côte d’Azur (Nice)

Thème : « La vie »

Appel à communication

Si la question anthropologique a animé le cœur des questionnements de la Société Francophone de Phénoménologie lors de la première Biennale qui s’est déroulée en 2023 (Actes à paraître[1]), se faisant alors l’écho des discussions contemporaines qui parcourent les champs de la phénoménologie et plus généralement de la philosophie, force est de constater que ce chemin nous a reconduits à une interrogation plus fondamentale sur la notion de vie, et sur les critères phénoménologiques d’une vie que l’on qualifierait d’humaine.

En effet, depuis l’Introduction à une phénoménologie de la vie[2] publiée par Renaud Barbaras, la réflexion phénoménologique contemporaine s’interroge plus spécifiquement sur la possibilité d’une reformulation de l’a priori corrélationnel et du sens d’être du sujet, afin de puiser dans cette nouvelle mise en crise de la pensée les ressources d’une phénoménologie de la vie ou d’un vitalisme phénoménologique[3] — deux voies opposées aux « ontologies de la mort » entées sur le projet cartésien. L’histoire du concept de vie dans la phénoménologie historique, comme dans les débats les plus récents, dévoile alors une tension interne au concept de vie lui-même, à l’instar de ce que relevait déjà Frédéric Worms à propos de la controverse entre Bergson et Politzer : « Tout se passe comme si une opposition d’abord extérieure entre la vie et autre chose qu’elle-même, se réfractait à l’intérieur de la question et même de l’expérience de la vie ou, bien plus encore, révélait aussi une tension intérieure qui pourrait bien conduire à penser ‘‘la vie’’ elle-même, comme une tension irréductible, et (si l’on veut) ultime (ou ‘‘première’’)[4]. »

En effet, s’interroger sur la vie de la subjectivité dans son activité constituante, dans la relation fondamentale qu’elle entretient avec une archi-vie (Henry, Barbaras, Jean), sur La Vie du sujet[5] et ses dynamiques pulsionnelles (Bernet), ou bien encore sur le sens de la vie dans son rapport au monde du sujet, au double sens du génitif (Patočka, Minkowski), nous renvoie à un triple questionnement — à la fois ontologique, cosmologique et anthropologique — dévoilant la tension existante entre ce qui est désigné par « vie » et la nature de l’intériorité même du phénomène auquel elle renvoie. Comme l’écrit Renaud Barbaras : « Le vivre est bien le point d’articulation de l’équivocité et de l’univocité de l’étant, le lieu où le même se renverse en l’autre et où l’autre demeure dans le même, bref le lieu effectif de la contestation ou du brouillage de la relation du même et de l’autre, en tant que jeu de la conscience et du monde[6] » (nous soulignons). En d’autres termes, penser la vie ou mieux encore le dynamisme à l’œuvre dans le fait de vivre invite la pensée à viser paradoxalement l’a priori dynamique de l’a priori corrélationnel et à retrouver en deçà des significations du rationalisme morbide (Minkowski), le sens d’être du sujet dans une doctrine de la vie du monde[7] ou une eidétique des modalités d’appartenance de la vie transcendantale.  Ces deux lectures phénoménologiques de la vie dans laquelle s’enracine la différence anthropologique donne lieu à une antinomie, soulignée par Grégori Jean : une antinomie entre « vie finie » et « vie infinie », entre une anthropologie privative qui fait signe vers l’excès et la surpuissance de la vie qui se limite en toute conscience pour la faire advenir, et une anthropologie excessive qui annule d’une certaine manière l’individuation du sujet humain pour en rejoindre l’essence même dans le sentiment d’être vivant.

Au cœur même de cet écart, qui parcourt également la philosophie contemporaine comme les débats de notre temps, entre l’édification d’une « métaphysique unitaire de la vie » et la tentation « d’une réduction unilatérale au vivant[8] », la Société Francophone de Phénoménologie sollicite des communications pour la deuxième Biennale qui se tiendra à l’Université Côté d’Azur (Nice), les 17, 18 et 19 mars 2025, et qui portera sur le thème de « la vie ».

Les trois directions mentionnées : cosmologique, ontologique, anthropologique, comme leurs prolongements récents dans la phénoménologie critique et la phénoménologie générative, pourront être explorées par les contributrices et les contributeurs.

La phénoménologie peut-elle parvenir à un concept unifié et cohérent de la vie et, si c’est le cas, est-ce en se prononçant en faveur d’une de ces deux conceptions ou, au contraire, en tentant de déterminer phénoménologiquement une troisième voie ? Dans quelle mesure ces interrogations conduisent-elles à renouveler les rapports entre l’anthropologie philosophique, la phénoménologie et l’éthique, dans la perspective notamment d’une phénoménologie critique ? Quelles représentations de la vie — métaphysiques, historiques, esthétiques ou politiques — sont mises en jeu par ces débats contemporains ? Ce sont toutes ces questions, et d’autres encore, que nous soumettons aux chercheuses et aux chercheurs francophones en phénoménologie.

Au cours de ces deux journées d’étude, nous déclinerons et approfondirons ces questions selon quatre axes : 1/ un axe métaphysique, cosmologique ou ontologique ; 2/ un axe historique et/ou anthropologique ; 3/ un axe explorant ces questions en dialogue avec les sciences du vivant et l’épistémologie ; 4/ un axe interrogeant les rapports de la phénoménologie de la vie avec les questionnements éthiques et politiques contemporains.

Les propositions de communication (1 page ou 500 mots, détaillant l’intervention qui ne devra pas excéder 30 minutes) doivent être envoyées à l’adresse suivante : sfrapbiennale2025@gmail.com, au plus tard le 1er septembre 2024 (minuit). Attention : les participant.es doivent être membres de la SFraP.

Le programme définitif sera établi et communiqué avant la fin du mois de septembre 2024, afin de permettre aux participantes et aux participants d’organiser leur déplacement.

 

Pour tout renseignement complémentaire : sfrapheno@gmail.com

Le Bureau de la SFraP et le Prof. Grégori Jean, Université Côte d’Azur

 

[1] Charles Bobant, Élodie Boublil, Charles-André Mangeney (dir.), La Phénoménologie, l’homme et les sciences humaines, Paris, Les Éditions des Compagnons d’humanité, coll. « Société Francophone de Phénoménologie », 2024 (à paraître).

[2] « Tout se passe comme si la vie n’était jamais pensée pour elle-même mais seulement invoquée comme cela qui, allant en un sens de soi, permet de s’approprier ou de déterminer ce qui constitue le véritable centre thématique de la phénoménologie, à savoir, pour le dire très sommairement, l’activité du sujet transcendantal en tant qu’il est constitutivement en rapport avec un monde. De sorte que la vie est un concept opératoire, pour ne pas dire incantatoire, plutôt que thématique : elle est à la fois omniprésente et curieusement absente, en ceci au moins qu’elle ne fait jamais l’objet d’une interrogation véritable » (Renaud Barbaras, Introduction à une phénoménologie de la vie, Paris, Vrin, 2008, p. 8).

[3] Distinction opérée par Grégori Jean, Cf. Force et Temps. Essai sur le vitalisme phénoménologique de Michel Henry, Paris, Hermann, 2015.

[4] Cf. Frédéric Worms, « La vie dans la philosophie du xxe siècle en France », Philosophie 2011/1, n°109, p. 74.

[5] Rudolf Bernet, La Vie du sujet, Paris, Puf, coll. « Épiméthée », 1994.

[6] Renaud Barbaras, Introduction à une phénoménologie de la vie, op.cit., p. 20.

[7] Sur la réinterprétation du mouvement de l’ontothéologie dans le sens d’une occultation de la vie du monde et de l’incarnation, cf. Jan Patočka : « De fait l’ancienne métaphysique était en grande partie une doctrine de la vie du monde, métissée souvent ave une doctrine du monde comme œuvre d’un maître supérieur, œuvre dont le mystère pourrait être percé à jour de même que l’élève comprend le sens des lignes géométriques dans un problème de construction. Il vint cependant un jour où le monde resta figé, sans vie, un jour encore où il cessa de parler, fût-ce en tant que l’œuvre d’un sens imparti, incarné. Il n’était plus dès lors qu’une grande chose régulière, dotée d’une finalité ou d’un sens uniquement eu égard à notre faculté cognitive, comme disait Kant, ou — mieux, peut-être — uniquement par rapport à nous qui en scandons l’ordre par notre vie » (Carnets Philosophiques (1945-1950), trad. fr. E. Abrams, Paris, Vrin, 2021, p. 47).

[8] Cf. Frédéric Worms, « La vie dans la philosophie du xxe siècle en France », art. cit., p. 89.

Les Entretiens de la SFraP – Mitchel Bitbol et Amélie Hoblingre

Nous sommes très heureux de vous partager le premier entretien enregistré de la SFraP, entre Michel Bitbol et Amélie Hoblingre, tous deux membres de l’association.

Michel Bitbol est Directeur de recherche CNRS émérite aux Archives Husserl, ENS, Paris. Après avoir poursuivi des recherches scientifiques de 1978 à 1990, il s’est tourné vers la philosophie de la physique et a édité des textes d’Erwin Schrödinger. Il a élaboré une interprétation néo-kantienne de la mécanique quantique, pour laquelle l’Académie des Sciences Morales et Politiques lui a décerné un prix de philosophie des sciences. Par la suite, il s’est concentré sur les liens entre la philosophie de la théorie quantique et la philosophie de l’esprit. Il a développé une conception de la conscience inspirée par une épistémologie de la connaissance en première personne, et une réflexion sur certains courants de la philosophie française contemporaine. Ses travaux les plus récents mettent en regard la phénoménologie et une interprétation située de la physique quantique nommée le Bayésianisme Quantique (Quantum Bayesianism : QBism).

Amélie Hoblingre est enseignante PRAG à Sorbonne Université, agrégée en langues et littérature française. Ses centres d’intérêt se concentrent sur le poétique et la stylistique. Lectrice de longue date des écrits de Michel Bitbol, elle est proche de la phénoménologie et sensible à la physique quantique. Son premier recueil de poésie, intitulé au mouvement venu, a paru en 2023 aux éditions des Compagnons d’Humanité.

Éléments de bibliographie :

  • M. Bitbol, Mécanique quantique : une introduction philosophique, Flammarion, 1996
  • M. Bitbol, L’aveuglante proximité du réel, Flammarion, 1998
  • M. Bitbol, Physique et philosophie de l’esprit, Flammarion, 2000
  • M. Bitbol, De l’intérieur du monde, Flammarion, 2010
  • M. Bitbol, La conscience a-t-elle une origine ?, Flammarion, 2014
  • M. Bitbol, Maintenant la finitude : peut-on penser l’absolu ? Flammarion, 2019
  • M. Bitbol, Philosophie quantique : le monde est-il extérieur ? Éditions Mimésis, 2023

Journée d’étude “Le monde naturel et le mouvement de l’existence humaine dans la méditation des patočkiens trente-six ans après” (Paris 1, 13 mai 2024)

Organisé par Dimitri Ghantous, Allan Gheris et Valentine Pham-Minh, étudiants en Master à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

MATIN (9h-12h30)
9h-9h15
Présentation

9h15-10h
Nathalie FROGNEUX (Université Catholique de Louvain)
« Le mouvement d’une vie dans la vérité »

10h15-11h
Ovidiu STANCIU (Universidad Diego Portales)
« Le mythe comme ouverture au monde. Sur une ambiguı̈té dans la pensée de Patočka »

11h30-12h15
Mathieu COCHEREAU (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Le mouvement de l’existence humaine ou le reflet du monde »

APRES-MIDI (14h30-17h45)

14h30-15h15
Dragoş DUICU (Institut Catholique de Toulouse, Université de Bucarest*)
« Deux modèles ontologiques patočkiens du désir »

* dans le cadre du projet « The Life of the Heart : Phenomenology of Body and Emotions », contrat n° 760052/23.05.2023, code CF 21/14.11.2022

15h30-16h15
Charles-André MANGENEY (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Phénoménologie asubjective et critique des paralogismes de la raison pure : le dépassement patočkien de Husserl comme retour à Kant »

16h45-17h30
Renaud BARBARAS (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Les trois métamorphoses du mouvement »

Accessible en présentiel : cliquer ici
et en visioconférence : cliquer ici

Henri Maldiney : histoire des rythmes et pensée plastique – cycle de conférences

Du 26 Mars au 23 Avril, tous les mardis soirs de 17h à 19H se tiendra un cycle de conférences sur Henri Maldiney donné par Adnen Jdey à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles École supérieure des Arts (Rue du Midi 144 – 1000 Bruxelles)

Adnen Jdey est Docteur en philosophie de l’Université de Tunis, chargé de recherches F.R.S- FNRS, au sein du « Centre d’Études Phénoménologiques » – Université Catholique de Louvain.

Journée d’étude “Phénoménologie de l’inapparent” (23 avril 2024, ICT)

Le 23 avril 2024, 15h00-18h00, en ligne, se tiendra la journée d’étude “Phénoménologie de l’inapparent”. L’événement fait partie des activités de recherche liées à la Chaire “Philosophie du Christianisme” de l’Institut Catholique de Toulouse (Directeur de la Chaire le Prof. Andrea Bellantone) et est organisé en collaboration avec le Prof. Robert Grzywacz de l’Université Ignatianum de Cracovie (Pologne).

Les quatre interventions offriront différentes perspectives sur la question de “l’inapparent” comme ce qui a, ou devrait pouvoir avoir, sa propre modalité de donation :

– Monika Murawska (Académie des Beaux-Arts de Varsovie) : L’art de l’inapparent ou une passion frénétique. Quelques remarques en marge du livre “Vers une phénoménologie de l’inapparent” (W stronę fenomenologii niezjawiskowej) de Jacek Migasiński;

– Szczepan Urbaniak (Université Ignatianum) : Cinq significations de la phénoménologie de l’inapparent ;

Dragos Duicu (Institut Catholique de Toulouse/Université de Bucarest*) : Le soubassement affectif commun de la perception et de l’entendement;

* Remerciements. Ce travail a été financé par l’instrument NextGenerationEU de l’UE à travers le Plan National de Relance et de Résilience de la Roumanie – Pilier III-C9-I-8, géré par le Ministère de la Recherche, de l’Innovation et de la Numérisation, dans le cadre du projet intitulé ” The Life of the Heart : phenomenology of Body and Emotions “, contrat n° 760052/23.05.2023, code CF 21/14.11.2022.

– Aldo Bisceglia (Institut Catholique de Toulouse) : De l’être au naître : pour une nouvelle phénoménologie de l’inapparent.

Un débat d’une heure suivra les présentations.

La plateforme utilisée sera Webex et il sera possible de suivre la diffusion en direct sur YouTube. Vous trouverez ci-dessous des informations sur les modalités de participation :

  1. Voici le lien pour la transmission sur YouTube : https : //youtube.com/live/PlJxeKDt4ZA?feature=share (c’est pour ceux qui veulent suivre le séminaire sans participer activement au débat. De cette façon, il sera possible de poser des questions uniquement par tchat) ;
  2. Pour accéder à Webex en tant qu’orateur, vous devez être inscrit à la réunion. Je vous invite à m’écrire, au plus tard pour le dimanche 21 avril, si vous souhaitez participer activement au séminaire. Je vous demande de bien vouloir me communiquer votre nom complet et l’adresse mail que vous souhaitez utiliser pour l’inscription ;
  3. Voici quelques liens qui peuvent être utiles pour comprendre le fonctionnement de Webex :
    1. Comment accéder à la réunion en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=9XLJr-GP-oU&ab_channel=GuidingTech
    2. Comment changer l’arrière-plan : https://www.youtube.com/watch?v=38Wg7yvHQIk&ab_channel=GuidingTech
    3. Comment donner accès à l’écran : https://www.youtube.com/watch?v=xh0GOQBPMzw
    4. Comment utiliser le chat pendant la réunion : https://www.youtube.com/watch?v=1806dmB4tLg&ab_channel=ChiefTuts

Éric Pommier, L’humanisme après Heidegger

Publication de : Eric Pommier, L’humanisme après Heidegger (Levinas, Jonas, Arendt et Patocka), Paris, Puf, 2024, 336 p.

Éric Pommier propose ici un essai d’une extrême clarté sur ce qui constitue un impensé de la phénoménologie de Husserl et de Heidegger, à savoir la question de l’humanisme. Qu’est-ce que signifie « être humain » aujourd’hui ? En instaurant un dialogue entre quatre philosophes majeurs du XXe siècle (Emmanuel Levinas, Hans Jonas, Hannah Arendt et Jan Patočka), l’auteur montre comment ils rendent possible une pensée de l’humanisme ancrée dans l’époque contemporaine, celle-ci étant marquée par des enjeux multiples, notamment écologiques, biologiques et techniques, sur lesquels il est nécessaire de s’interroger. Les dimensions politique et morale sont au cœur des problématiques soulevées et en premier lieu la violence qui s’est manifestée d’une manière inédite au siècle dernier.

Eric Pommier – Professeur agrégé de philosophie, docteur de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre des Archives Husserl, professeur de philosophie contemporaine à l’université pontificale catholique du Chili. Auteur de plusieurs articles portant sur la phénoménologie du sensible et l’humanisme post-métaphysique, il a publié Ontologie de la vie et éthique de la responsabilité selon Jonas (Paris, Vrin, 2013) et dirigé un numéro collectif sur Jan Patočka. Dernier ouvrage paru : La condition sensible. Chair, Événement, Éros (Paris, Hermann, 2022). (Site web personnel)

Jean Leclercq & Yoann Malinge, Michel Henry, une philosophie radicale

Publication de : Jean Leclercq & Yoann Malinge, Michel Henry, une philosophie radicale, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2024.

Contributeur.rices : Clément Bertot, Benjamin Busquet, Agustin Colombo, Cesare Del Mastro , Sibylle Gérain, Joaquim Hernandez-Dispaux, Grégori Jean, Jean Leclercq, Paula Lorelle, Yoann Malinge, Renaud Mallet, Robby Mandiangu Ngofo et Charles-André Mangeney.

Cet ouvrage collectif réunit des recherches contemporaines menées sur la philosophie et l’oeuvre de Michel Henry (1922-2002). Avec l’objectif d’interroger tant ses structures, son contexte et ses problèmes que ses enjeux philosophiques et ses perspectives humanistes, ces études sur l’oeuvre de Henry mettent en lumière la radicalité d’une philosophie de la vie, de l’existence et de l’effectivité.
Que ce soit à partir de l’oeuvre publiée ou des manuscrits encore inédits conservés au Fonds Michel Henry de l’UCLouvain (Louvain-la-Neuve, Belgique), cet ouvrage montre combien la philosophie de Michel Henry est devenue centrale pour penser l’histoire de la philosophie du 20ème siècle et incontournable pour réfléchir phénoménologiquement aux problèmes de la subjectivité, de la liberté, de l’éthique, de la mort ou de l’art.
Voici le lien vers le site des éditions PUL où vous trouverez toutes les informations pratiques : https://pul.uclouvain.be/book/?gcoi=29303100196480
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search